INKAS® est fier d’annoncer qu’une étude indépendante a démontré que sa nouvelle technologie verte innovante, le Ciment Auto-Protecteur, peut réduire de 3 à 5 % les émissions mondiales de carbone créées par le béton – l’une des plus grandes sources de pollution par le carbone d’origine humaine sur notre planète.

Face aux préoccupations environnementales croissantes, les gouvernements du monde entier ont imposé aux principales industries de réduire considérablement leurs émissions de carbone et d’atteindre des objectifs stricts. Toutefois, l’industrie du béton a été largement négligée par les décideurs politiques et a plutôt augmenté de façon constante les émissions de CO2 année après année. Selon un  article rédigé par Seth Borenstein de l’Associated Press, le ciment – le composant clé du béton – a tranquillement doublé ses émissions en dioxyde de carbone au cours des 20 dernières années pour atteindre près de 2,9 milliards de tonnes.

Bien qu’il existe des formules de ciment plus écologique, elles ne sont généralement pas économiquement réalisables ou pratiques sur le terrain et tendent à réduire la résistance et la durabilité du béton, ce qui constitue un problème structurel et de sécurité majeur pour les infrastructures essentielles telles que les bâtiments, les routes et les ponts

« En tant qu’entreprise visionnaire, INKAS® se consacre à la création d’un avenir meilleur et plus sûr, c’est pourquoi nous accordons une grande importance à la durabilité et à l’adaptation des technologies vertes », a déclaré David Khazanski, PDG du groupe de sociétés INKAS®. « Nous comprenons que l’adaptation à l’échelle de l’industrie d’un ciment plus écologique doit être judicieuse sur le plan commercial, ce qui signifie qu’il faut maintenir le caractère abordable et la fiabilité qui font du béton un matériau de construction recherché au départ – une perspective qui nous a conduits à concevoir une alternative réalisable et inégalée capable de remplacer le ciment Portland standard utilisé aujourd’hui dans l’industrie. »

Des recherches indépendantes menées à l’Université de Toronto ont confirmé que le Ciment Auto-Protecteur breveté INKAS® surclasse le ciment Portland largement utilisé en termes de longévité du ciment et de durabilité du béton. En outre, il peut être utilisé sans aucun investissement supplémentaire en utilisant des processus technologiques standard et des équipements existants. En s’attaquant aux principales inefficacités du ciment à chaque phase du cycle de vie du béton, INKAS® a développé un ciment de qualité supérieure avec une fraction de l’empreinte carbone, ce qui se traduit par :

  • 4 à 5 % de réduction des émissions grâce à la longévité accrue du béton Étant donné que la principale cause de la détérioration du béton au fil du temps est l’exposition à l’humidité, l’utilisation du ciment SPC hydrofuge permet d’obtenir un béton plus durable qui nécessite moins de réparations à long terme – ce qui réduit considérablement la consommation de ciment pendant les 20 ans de durée de vie du béton.
  • 2-4% de réduction des émissions grâce à une durée de vie prolongée et une réduction significative des déchets Sachant que le ciment commence à se détériorer dès qu’il est exposé à l’humidité de l’environnement pendant le stockage ou le transport, la durée de conservation du ciment est notoirement courte et entraîne des quantités importantes de déchets de ciment qui doivent être éliminés. La résistance élevée du SPC à l’humidité permet d’augmenter considérablement la durée de conservation, ce qui réduit considérablement les déchets de ciment et élimine la nécessité de produire du ciment de remplacement pour répondre à la demande de l’industrie.
  • 1 à 2 % de réduction des émissions grâce à une meilleure qualité du ciment Les particules de SPC sont plus étroites que celles du ciment Portland couramment utilisé, ce qui lui permet d’obtenir une meilleure répartition dans le mélange de béton. Le SPC, combiné à la méthode de mélange à haut rendement brevetée par INKAS®, permet d’obtenir un meilleur rendement avec une quantité réduite de ciment.
  • 1% de réduction des émissions grâce à l’efficacité accrue du broyage Le SPC nécessite une consommation d’énergie moindre pendant le broyage du ciment, ce qui permet de réaliser des économies d’énergie plus importantes par rapport aux procédés de broyage standard.

Dans l’ensemble, le Ciment Auto-Protecteur d’INKAS® offre une solution viable, prête à être commercialisée, avec des économies de coûts significatives à long terme, et un énorme potentiel de réduction des émissions de carbone dans l’industrie du béton. Pour en savoir plus sur le Ciment Auto-Protecteur breveté d’INKAS®, veuillez consulter le brevet sur Google ou lire l’article sur ScienceDirect. Pour tout renseignement sur les partenariats industriels et la disponibilité du CPS, veuillez nous envoyer un e-mail pour plus de détails.

Comments are closed.